Accueil > Littérature > Histoire de la langue > Et si on commençait par le commencement ?

Et si on commençait par le commencement ? Et si on commençait par le commencement ?

dimanche 10 février 2019 par Elisabeth

Il y a 2 messages en réponse à cet article.

Au lieu de picorer de-ci de-là, l’origine de certains mots en relation avec un certain contexte, si on commençait par l’Histoire de la langue.
Il y a ceux qui ne se posent pas de questions et qui pensent qu’on a toujours parlé français en France et ce français contemporain.
Il y a ceux qui s’étonnent qu’on ne parle pas le gaulois.
Il y a ceux qui admettent que le français est dérivé du latin. Un point c’est tout.
Il y a ceux qui se demandent pourquoi l’orthographe française est si difficile.
Vous retrouvez-vous dans une de ces catégories ?
En ai-je oublié une ?
Réfléchissez.
Demain je commencerai à répondre aux questions.
Voici un élément de réponse :

PNG - 13.3 ko
L’Empire carolingien.

Messages

  • Salut Elisabeth,
    Je me pose une question un peu différente :
    Pourquoi le français met-il si longtemps à proposer un mot nouveau correspondant à un concept nouveau (c’est particulièrement vrai dans le domaine scientifique ou technique). D’où le développement du "franglais", souvent exaspérant et pédant (je vais uploader une photo pour la mettre dans mon reporting !).
    Les Canadiens sont beaucoup plus réactifs pour ne pas se laisser imposer des locutions anglo-américaines.

    Certes le mot "Infox" a l’air de prendre et est plutôt bien trouvé, mais on dit encore trop "Fake news". Remarque, ce qui est pire, c’est que trop de gros nuls croient encore que les réseaux sociaux véhiculent de "l’information" !
    A propos, savais-tu que la terre est plate ? La preuve, si tu prends l’avion avec un niveau à bulle, la bulle reste au milieu.

    Bises et merci de tes chroniques.

    PS : Lyon a fait fort avec son slogan "Onlyon !

    • J’espérais que, toi au moins, tu répondrais à ma question.
      Peut-être aurais-je d’autres réponses.
      Tu dois savoir mieux que moi que dans le domaine scientifique et technologique, l’anglais a brutalement pris le pas et on a admis que ces domaines seraient rédigés en anglais. Au balbutiement de ces nouvelles technologies, on n’avait pas dû penser à la rapidité avec laquelle elles se déploieraient et qu’elles atteindraient une population peu familiarisée avec l’anglais. Les termes sont apparus sans traduction.
      Par ailleurs, je me demande s’il n’y a pas un peu de snobisme dans ce domaine. Ton exemple fait penser à "mon press-book" ou au copyright Etc...Les Québéquois parlent encore le français du XVIIe siècle, alors, ils ont de la marge. Pourtant leurs voisins immédiats parlent anglais.
      En France, on se croit "up to date" en parlant franglais.
      Le problème se pose pour les Espagnols, j’ai étudié avec des élèves des textes contestataires de l’anglespagnol.
      Si on appelait "fake news" fausses nouvelles de merde, cela ne ferait pas chic mais ce serait clair. On pourrait les appeler "la voix du Diable", cela ferait peur, surtout si on revient aux vieux principes de l’Eglise à propos de la terre plate. "Et pourtant elle tourne".

    Répondre au message 673 du 10 février, 17:45, par JF


Ecrire un commentaire sur l'article ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.